Les Jardins del Turia de Valencia forment une longue promenade entre ville et nature, depuis le cœur du centre historique jusqu’à l’embarcadère. Artistes, équilibristes, sportifs et promeneurs tissent leurs histoires dans le Parc de Cabecera, devant la Porte de Serranos ou près de la Cité des Arts et des Sciences.

 

 

La riada de Valencia

14 octobre 1957. Tel un serpent d’argent sous de blanches écumes, le fleuve s’agite longtemps puis recouvre l’ensemble de la ville, à l’exception du quartier de la cathédrale situé un peu en hauteur. Soixante ans plus tard, la Turia est une immense coulée verte au cœur de Valence.

 

 

Valencia, station de métro Alameda

Les yeux éblouis, je monte vers un ciel d’azur et perçois les conversations légères au-dessus de moi, le rythme des pas sur le parvis, le rire lumineux d’un enfant. Se promener dans les Jardins del Turia, m’a-t-on dit, c’est parcourir plusieurs mondes dont on ramène avec soi les ambiances et les sensations.

Carnet à la main, je vais à la rencontre des couleurs, parfums et mélodies qui animent La Ribeira. Sur la grande allée, entourés de palmiers et de fontaines, promeneurs, joggers et cyclistes forment un train à deux vitesses.

Et dans l’instant,
telles des photographies éphémères,
le coin d’ombre volé au soleil
la brise légère du palmier sous le vent
quelques notes de musique
passagères et fugitives.

 

 

Une promenade linéaire au cœur de Valence

Les Jardins du Turia rassemblent plusieurs monuments et espaces verts sur dix kilomètres de long.

Le Parc de Cabecera

À l’ouest des jardins, ce parc vallonné offre l’un des plus jolis panoramas sur Valencia. Au son des notes échappées de l’auditorium, on s’y rassemble dans la plénitude d’une fin de journée pour assister à un concert, déguster quelques tapas et flâner entre amis.

Le Bioparc

Juste à côté, le Bioparc est un petit bout d’Afrique où cohabitent girafes, zèbres, éléphants, lions, singes, lémuriens… Les couleurs sont éclatantes, avec des roches ocres sous le soleil, des aquariums à l’eau bleuté, une forêt humide et mystérieuse d’où s’échappe une longue et belle cascade.

Les Torres de Serranos

Au fil de la promenade, je rejoins la Porte de Serranos, passage vers le centre historique. De longs escaliers en pierre mènent à un chemin de ronde d’où l’on peut admirer la ville et le Musée des Beaux-Arts.

Le Palais de la Musique

Mon chemin se poursuit vers le Palais de la Musique, via une longue allée sur laquelle palmiers et fontaines jouent avec le vent. À l’abris sous leur voûte de verre, les multiples orangers agrémentent les jardins de couleurs pétillantes.

Le Gulliver

Voici un étrange endroit, entrelacs de circuits, tunnels, filets et toboggans. Gulliver, le héros de Jonathan Swift, est allongé sur le sol, impassible sous les chatouillis des lilliputiens qui glissent sur ses jambes, s’accrochent à ses cheveux, grimpent sur ses mains… À peine arrivés, enfants et parents s’élancent joyeusement vers le terrain de jeu !

La Cité des Arts et des Sciences

Les six édifices composant la Cité des Arts et des Sciences miroitent dans l’eau des bassins, bleus azur sous le soleil estival. Dans ce vaste ensemble futuriste, on glisse sur l’eau à bord de bulles géantes venues d’un autre monde.

 

 

Notes échappées d’Espagne

Dans les Jardins del Turia,

Échappées lentes,
À chacun son tempo

S’asseoir sur un banc ou à la terrasse d’un café

Se perdre au milieu des buissons pour observer le jeu d’un enfant, le danseur sur sa corde, les facéties d’un joueur d’escrime, la performance d’un jongleur

À l’ombre d’un monument, l’odeur de la pierre sous la chaleur de l’été et le vent du sud, ses arômes de pins, de roses et d’orangers

Chant des oiseaux et du ukulélé
Jeu du ballon sur le bitume
Klaxons des vélos, tandems et gyropodes

Vert union et tonalités joyeuses,
Filaments dorés sous le soleil

De ci, de là.

 

 

Sur les toits de Valence

Fin d’une chaude journée d’été. Sur les ponts historiques de Valencia, la Trinité, la Mer et San José, les promeneurs admirent le soleil couchant sur la ville. La dernière photo est prise depuis le pont aux fleurs, dont on aperçoit au loin les tonalités rouges et pétillantes des cyclamens, géraniums et primevères. Les palmiers, gardiens éternels de Valencia, ne sont jamais loin.

Catégories des articles

Étiquettes

Etiquettes des articles

Catégories
Aucun article dans le panier.

Catégories des produits

Catégories de produits

Etiquettes des produits

Étiquettes produit

photos en vente déjà regardées:

Ceci est une boutique de démonstrations, aucune commande ne sera acceptée Ignorer

venenatis id ut Sed Aenean adipiscing
×

Panier