Valencia, la Cité des arts et des sciences

La Cité des arts et des sciences de Valencia en Espagne, située entre la vieille ville et le quartier de Natzaret, est une invitation vers un monde parallèle. L’ensemble architectural, composé de sept structures au blanc métallique, forme un gigantesque réseau d’ombres et de lumières.

 

Un ensemble futuriste au cœur de Valence

En 1957, le fleuve du Turia inondait Valence, y occasionnant de multiples dégâts. Rapidement détourné, il laissa place pour de longues années à une zone en friche, sans vie. Assise dans les jardins à l’ombre d’un palmier, il m’est difficile d’imaginer les lieux quelques décennies auparavant.

Les premiers ensembles futuristes, conçus par l’architecte Santiago Calatrava, furent inaugurés en 1998. Vingt ans plus tard, les œuvres architecturales déploient leurs courbes gigantesques vers l’azur, dessinant un entrelacs de formes géométriques sur tous les plans, à l’horizontale et à la verticale. Jour et nuit, elles se reflètent en une myriade de nuances dans l’eau bleutée des bassins.

Sans surprise, la Cité des arts et des sciences est aujourd’hui l’image symbole de Valence, celle que l’on retrouve sur les cartes postales et les affiches des évènements internationaux. Partons pour une promenade linéaire dans lesjardins du Turia, à la rencontre de sept prouesses architecturales qui font dialoguer les arts, les sciences et la nature.

 

Le Palais des arts Reina-Sofia, l’Opéra de Valence

Le Palais des arts Reina-Sofia est la première construction lorsque l’on arrive depuis le quartier médiéval. Impressionnant, il évoque l’image d’un bateau en mouvement dont la proue serait levée vers le ciel. À l’ombre du monument, je parcours l’intriguant puzzle des volumes d’aciers recouvrant ses amphithéâtres et auditoriums. Étonnantes, la longue plume de métal et les coques blanches parallèles transmettent une impression de légèreté.

L’Umbracle, le jardin botanique suspendu

L’Umbracle est un paseo construit en hauteur, abrité sous un magnifique treillis de métal. À l’intérieur, les joyeuses couleurs des plantes exotiques se mêlent aux parfums des bougainvilliers, des lauriers et des orangers… On y admire aussi les constructions voisines, dont les mosaïques de trencadis bleu scintillent au soleil et miroitent dans l’eau. Une promenade originale et agréable, en été comme en hiver.

L’Hemisfèric : une salle de cinéma et un planétarium

L’Hémisfèric est la plus célèbre construction de la Cité. Avec sa sphère centrale, son dôme métallique et ses structures amovibles en verre laminé, elle est la métaphore d’un gigantesque œil humain. Par beau temps, les paupières s’entrouvrent pour laisser apparaître une majestueuse pupille, tantôt dorée ou argentée, pâle ou électrique. Grâce à la sobriété des matériaux, les jeux d’ombres et de lumières n’en sont que plus impressionnants.

Le Musée des Sciences Principe Felipe

Au cœur des jardins, le Musée interactif des Sciences Principe Felipe est une très longue structure de béton blanc qui représente le squelette d’un dinosaure. Il multiplie les angles droits, les formes triangulaires et les escaliers, tranchant ainsi avec les courbes et les volumes des structures voisines. Ici, noir et blanc se répondent en de multiples jeux d’ombres ingénieusement pensés.

Le pont de l’Assut de l’Or

Dernière construction en date, le Pont de l’Assut de l’Or ressemble à une harpe géante. Tendus à un immense tablier, ses câbles brillent comme les rayons du soleil, éclatant dans le bleu du ciel. À Valence, on voit le pont de très loin et l’on ne cesse de vouloir approcher cette structure aérienne qui domine la Cité.

La place couverte de l’Ágora

À ses côtés, la grande place de l’Ágora accueille les événements culturels et sportifs, les tournois, les expositions et les concerts. C’est une immense ellipse bleu marine, construite en béton, en verre et en acier, dont la vue intérieure est spectaculaire. Ici encore, nature et mouvement entrent en résonnance grâce aux deux ailerons amovibles qui laissent filtrer la lumière.

L’Océanografic, le plus grand aquarium d’Europe

À l’extrémité est, l’Océanographic est une oeuvre de l’architecte Félix Candela. Dix pavillons miniatures, chacun consacré à un milieu spécifique, sont installés autour de ce nénuphar aux pétales géants. Via les tunnels sous-marins, la déambulation de l’Arctique à l’Antarctique est particulièrement réjouissante.

 

Sous le bleu du ciel

Depuis le balcon d’un immeuble de Natzaret, j’observe l’étrange cité qui me fait face. Posées sur leur tapis vert, unies par un fil d’eau bleuté, les constructions semblent tout droit sorties d’un songe. Immenses et éclatantes sous le soleil, elles se jouent de l’espace, qu’elles éclatent et prolongent en une multitude de perspectives.

 

Le pays où cette série a été réalisée est:

Espagne

La ville où cette série a été réalisée est:

Valencia