Ce week-end, La Roche en Ardennes a revécu à l’ heure où son château fort était encore debout, dressant fièrement ses murailles. Cette petite ville Ardenaise a fait un bon en arrière dans le temps pour revenir à l’ époque des mousquetaires, celle des rapières, qui ont succédé aux épées à deux mains, et des premiers fusils.
Si le château fort a ouvert ses portes aux visiteurs à dix heures du matin, c’ est bien plus tôt que les acteurs de cettte reconstitution se sont levés: comme tout acteur qui se respecte, ils ont eu besoin de temps pour se glisser dans leur personnage, s’ habiller de leurs plus beaux atours, se maquiller, voire se grimer, sans oublier un petit déjeuner conséquent, avant de descendre en ville pour y effectuer la traditionnelle parade.

Celle-ci tient tout à la fois de la parade publicitaire d’ un cirque qui se serait arrêté dans la ville et de la visite à leurs sujets de hauts personnages venus d’ un autre temps.

A partir de ce moment, les représentations se sont succédées sur les terrasses du château: des troupes venues de divers horizons nous ont montré leur savoir faire, les coutumes de leurs ancêtres, nous ont joué des mini pèces de théâtre, nous ont montré un spectacle de fauconnerie, bref nous ont divertis, amusés, fait rire tout au long de ces journées.
Ajoutez à cela les campements de la troupe organisatrice de ce moment hors du temps ainsi que celui d’ un groupe de Hongrois et vous aurez un rapide aperçu de ce qui s’ est passé sur ces deux longues journées.
Sans oublier la traditionnelle bataille, ici l’ assaut du château fort, peu après la fermeture au public de celui-ci. Restaient donc, à distance de sécurité, ceux qui voulaient voir le spectacle.
Sans oublier également deux invités surprise, du moins pour la Belgique, le soleil de plomb et la chaleur.

La compagnie aux tricornes, élément moteur de ce rassemblement, avait convié à la fête une autre compagnie, d’ origine Hongroise, accompagnée de musiciens, ainsi que de nombreux artistes aux talents divers tel des jongleurs, des ménestrels, des lanceurs de drapeaux, des comédiens de cap et d’ épées, des comédiens de rues,….
Et, donc, voici une liste participants, de ceux qui ont donné du plaisir aux spectateurs:

Je reviendrai, à travers d’ autres articles sur certaines de ces compagnies, parce qu’ après avoir visualisé l’ ensemble des photos faites sur ces journées, je me suis rendu compte qu’ elles avaient plus que d’ autres attiré mon oeuil de photographe.

Les photos de cet article ont été réalisées lors de(s) projet(s) suivant(s) :

Dommage, il n' y a pas de projet lié

Si vous désirez voir plus de photos sur le même thème, je vous suggère le(s) album(s) photo(s) suivant(s):

Chaque album représente un évènement ou un lieu où mon appareil photo a sévi: la ville de Valence en Espagne, Prague que ce soit sous la Neige ou le soleil printanier, des évènements musicaux Bruxellois, souvent très Rock and Roll, des évènements dits médiévaux, pour plus d’ explications voir les projets, la Ville de Liège.
Eric Wayaffe
Eric Wayaffe
Photographe avant tout, j’ ai un certain nombre de cordes à mon arc. Même si la mise en page pourrait faire sourire un graphiste de profession, ce site est comme mes photos: sobre et structuré. Je joue avec WordPress depuis 2010 et j’ en suis arrivé à suffisamment son code pour intervenir dedans lorsque c’ est nécessaire. Même si j’ ai décidé de me faire aider par des rédactrices et rédacteurs professionnels, je suis l’ auteur d’ une bonne partie des textes figurants dans ce journal. Je sais que « une photo vaut mille mots », mais un joli texte pour mieux les mettre en valeur ne nuit certainement pas. Et ils peuvent également transmettre les impressions d’ autres personnes sur mes photos, un point de vue différent du mien.Quant à savoir qui je suis exactement, l’ ensemble de ces pages vous donneront suffisamment d’ indices afin de vous permettre de vous faire votre propre opinion.
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email