Dernièrement, Adobe a, enfin, introduit les roues colorimétriques dans Lightroom. Même si ce changement n’ amène pas ce dernier au niveau de Capture One pour le traitement des couleurs, c’ est un pas dans la bonne direction.

Mais, ce changement important pose un problème: la discontinuité avec les traitements déjà effectués.

Ma solution: remettre les séries photographiques importantes à niveau

Je sais que cela peut engendrer un surplus de travail, mais j’ ai décidé de revenir en arrière et de modifier le traitement des photos réalisées lors de mes voyages à Valencia, pour qu’ au moins cette série soit homogène. Je le ferai petit à petit, à chaque fois que j’ aurai du temps devant moi.
Je pense que lorsqu’ un logiciel de développement photo comme Lightroom évolue de manière aussi radicale, la seule possibilité est d’ évaluer les séries de photos passées et réaliser une mise à jour des plus importantes pour garder une certaine homogénéité à votre travail.

C’ est déjà ma solution lorsque ma façon de traiter les photos change

Déjà que je reviens régulièrement sur de vieilles séries photographiques pour les retravailler avec mes dernières trouvailles, alors, pour ce genre de changement ma réponse est trois fois “oui”.

Il est important de tester de nouvelles idées pour améliorer sa pratique photo

Régulièrement, je teste de nouvelles idées, des approches différentes, juste pour voir ce que cela donnerait. Parfois c’ est du temps perdu, mais bien souvent ces expérimentations me permettent de mieux comprendre le fonctionnement des outils que les logiciels mettent à ma disposition. Et, donc, d’ améliorer le résultat final.

Mes habitudes de prise de vues photo ont joué leur rôle

Pendant longtemps, l’ immense majorité de mes photos étaient en noir et blanc: d’ un côté, dans un passé pas si lointain, c’ était mon support film favori, et, de l’ autre, j’ ai un faible pour des couleurs éclatantes, saturées, ce qui est difficile à obtenir, ici, en belgique, où il y a plus de jours de pluie ou de nuages que de jours ensoleillés. Donc travailler en couleur ne m’ attirait pas.

Par contre, à partir du moment où j’ ai commencé à voyager vers Valencia, la photographie couleur s’ est imposée comme une évidence.
Il me fallait donc mettre au point une méthode de développement qui me permettrait d’ avoir des résultats corrects. J’ ai un peu, beaucoup, testé différentes solutions avant de pouvoir dire que mes photos couleurs étaient “montrables”.
Il y avait également un autre problème: je tiens énormément à ce que je nommerais la “continuité dans le traitement” qui fait partie de la signature visuelle d’ un photographe: le style d’ un photographe comprend trois éléments: sa façon de cadrer son sujet, sa manière d’ utiliser la lumière et sa façon de traiter une photo pour qu’ elle corresponde à ce que son imaginaire a vu.

Et, donc, parce qu’ avec la photographie digitale cela ne pose pas trop de problèmes, je n’ hésite pas à reprendre des séries qui datent de plusieurs années pour les actualiser.

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
close

Copy and paste this code to display the image on your site