Bienvenue à bord

Aucun article dans le panier.

La page où je dis tout sur moi, ...ou presque

Finances
photos à toute heure
Valencia, Août 2017.
par tous les temps
De fer et de feu, Août 2017
à toutes les époques
Funchal, Madeira
en tous lieux
Bruselas Destreza, marché médiéval du cinquantenaire

Je suis bizarre, je l’ admet, mais c’ est également cela être artiste

Mais qui suis-je?

Mon nom est Eric Wayaffe et je suis un photographe tout terrain qui refuse de se spécialiser, basé à Bruxelles, Belgique, mais appéciant les voyages. J’ adore rencontrer de nouveaux visages, découvrir des lieux qui m’ étaient inconnus.

J’ irais jusqu’ au bout du monde pour des photos, ou presque.

Ceux qui me côtoient trop longtemps risquent d’ être contaminés par mon grain de folie

REPORTAGE PHOTOGRAPHIQUE

Vous organisez un évènement?

Vous cherchez des photos illustrant la vie dans un pays?

BANQUE D’ IMAGE

Que ce soit pour illustrer un article de presse ou pour décorer votre appartement ou votre lieu de travail, vous trouverez un grand choix d’ images dans mes archives

APPRENDRE À PHOTOGRAPHIER

Vous débutez en photo ou vous voulez vous améliorer?

Je vous propose des formations “à la carte”.

Soyez Fous!!!!!

Mon travail vous plaît?, alors qu’ attendez-vous?

En vingt cinq ans, j’ ai pratiqué de nombreux styles photographiques: cela a commencé par de la photo de payasages (Madeira), des reportages à Bruxelles, pour passer ensuite au studio pour des photos de mode.

Il m’ est assez difficile de résumer en quelques mots ma pratique photographique de ces vingt cinq dernières années: je suis une sorte de touche à tout de la photo. Mon principe étant le suivant: si cela m’ intéresse pourquoi ne pas essayer. Ce qui ne veut pas dire que je ne connaisse pas mes limites.

Mon parcours photographique a commencé très jeune, d’ abord avec les fameuses « boites » Kodak, qui utilisait du film 120, celui utilisé dans des boîtiers moyen format comme l’ Hasselblad, ensuite avec un Instamatix pas meilleur techniquement mais utilisant des cassettes de films ce qui le rendait plus simple à charger. Celui ci a terminé sa carrière noyé dans un abreuvoir à la pompe duquel j’ avais voulu me désaltérer.

L’ âge venant, mon père m’ a initié aux mystères du couple ouverture/vitesse, à la sensibilité des films, à la profondeur de champ, et tout cela pour me permettre d’ utiliser son Leica.

Ce boîtier m’ a réellement permis d’ apprendre tout le côté technique de la prise de vues: entièrement manuel, avec une cellule extérieure pour mesurer la lumière et reporter les informations sur le boîtier, chaque photo nécessitait un temps de réflexion avant d’ appuyer sur le déclencheur.

Quant à l’ aspect esthétique, donc le cadrage, je pense que, lecteur passionné de bande dessinée, celle-ci a du m’ influencer et m’ apprendre l’ art de la mise en page.

Mon premier boîtier a atterri dans mes mains, au sens littéral du terme, tellement le moment entre la demande et l’ action a été court, lorsque j’ ai dit à mon père « au fait, pour mon voyage en Angleterre (pas celle de « à nous les petites Anglaises », mais presque), je prend ton Leica ». Le lendemain, il me traînait chez l’ opticien du coin, à l’ époque ils étaient généralement vendeurs de matériel photo, et nous achetions mon premier Nikon, un Nikormat.

 

Bien plus tard, je suis “passé pro”, comme on dit dans le milieu sportif

Ceci est une boutique de démonstrations, aucune commande ne sera acceptée Ignorer

Donec tristique ipsum Aenean eleifend adipiscing tempus ut ut ultricies lectus
×

Panier