« Apprenez à regarder » est le premier conseil que je vous donnerai. Pas comme vous regarderiez une rue, un monument, un paysage en jouant le parfait touriste, mais en traquant le détail qui fera de cette photo une photo différente.

Le photographe est une forme de chasseur très particulière: il chasse les souvenirs qui resteront gravés en lui. C’ est en apprenant à regarder que petit à petit votre œil s’ affinera et qu’ il atteindra de plus en plus souvent la cible visée: avoir un souvenir impérissable à emmener avec soi.

Ce n’ est pas pour rien qu’ existe l’ expression « avoir une mémoire photographique ». Parlez avec des photographes et vous rendrez vite compte qu’ ils l’ ont tous, cette mémoire photographique. Et c’ est normal, parce que le fait de photographier est devenu une telle deuxième nature qu’ il le fera même s’ il n’ a pas de appareil sous la main.

En fait, peu importe le moyen d’ enregistrer cette image: votre cerveau, la mémoire d’ un appareil photo, un film,… du moment qu’ elle soit enregistrée. Enfin presque, parce dans chaque photo doit se trouver un peu de votre imaginaire, de votre vie, de votre passé, bref de votre personnalité car, sans cela, elle sera comme vide, sans âme.

Votre manière de photographier dépend donc de deux éléménts difficilement compatibles: le premier est votre manière de regarder, de traquer et de mettre en évidence “le” petit détail que vous aurez remarqué et le deuxième, tout simplement la somme ce qui vous différencie de votre voisin, additionnée d’ un zeste de sensibilité.

Le premier est un assemblage d’ éléments matériels, constructions géométriques, structures, matières, couleurs, qui sont quantifiables, presque mesurables, objectifs: ils sont là. Même la lumière, cette grande traîtresse, en fait partie puisque vous l’ aurez apprivoisée pour vous en servir d’ une manière telle que cette façon de faire deviendra une partie votre signature. 

Et puis, il y a ce fameux élément “personnalité” qui est la variable inconnue de l’ équation: certains ont ce petit truc qui fait la différence, d’ autres non, et d’ autres encore mettront plus de temps pour l’ acquérir, ou, plutôt, le découvrir: ce n’ est pas parce qu’ il met du temps à se manifester que vous ne l’ aurez jamais.

S’ il met du temps à se manifester, c’ est peut-être parce que vous avez besoin de vivre encore quelques expériences, à grandir, vieillir un peu.

“Apprendre à regarder” est donc ce mélange hautement explosif entre deux choses qui ne se mélangent pas, un peu comme le feu de la passion et l’ eau tranquille de la technique.

Eric Wayaffe
Photographe avant tout, j’ ai un certain nombre de cordes à mon arc. Même si la mise en page pourrait faire sourire un graphiste de profession, ce site est comme mes photos: sobre et structuré. Je joue avec WordPress depuis 2010 et j’ en suis arrivé à suffisamment connaître son code pour intervenir lorsque c’ est nécessaire. Même si j’ ai décidé de me faire aider par des rédactrices et rédacteurs professionnels, je suis l’ auteur d’ une bonne partie des textes figurants dans ce journal. Je sais que « une photo vaut mille mots », mais un joli texte pour mieux les mettre en valeur ne nuit certainement pas. Et ils peuvent également transmettre les impressions d’ autres personnes sur mes photos, un point de vue différent du mien.Quant à savoir qui je suis exactement, l’ ensemble de ces pages vous donneront suffisamment d’ indices afin de vous permettre de vous faire votre propre opinion.
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
×