Valencia au printemps

L’ idée de visiter Valencia au printemps m’ est venue suite à mon addiction à l’ escrime historique, tout en y ajoutant le fait que le photographe voulait voir les processions qui ont lieu lors de la semaine Sainte.

Mais revenons à la source, mon addiction.
Depuis maintenant un peu plus de deux ans, j’ ai fini par me laisser séduire par le maniement de l’ épée, à deux mains et, surtout, la Rapière, suite aux nombreuses photos réalisées sur des fêtes et campements médiévaux. C’ est lors de l’ un d’ eux que j’ ai croisé la route de celui qui est devenu mon Maître d’ armes. Son style m’ a de suite fasciné parce que, de par sa souplesse et sa fluidité, il était aux antipodes de ce que j’ avais vu jusqu’ alors. Le nom de cette école d’ escrime? La « Verdedera Destreza ».
Si vous vous demandez où tout ceci nous mène, relisez le nom ci dessus et vous aurez l’ ébauche d’ une solution.
Toujours pas d’ idée?, pourtant c’ est simple: c’ est un Espagnol originaire de Valencia, venu se perdre dans nos brumes Nordiques il y a quelques années.
Et, donc, au moins une fois par mois, il nous parle de « sa ville ». Ce qui a fini par titiller le photographe que je suis.

J’ ai choisi une période où le climat ne serait pas trop chaud et, comme cette année Pâques tombait en Avril, j’ ai décidé que ce serait la bonne année pour une première incursion dans cette ville.
J’ y ai résidé une dizaine de jours, partageant mon temps entre les photos de la ville et celle des processions Pascales.

Le soir, quatre jours durant, j’ ai suivi les processions organisées dans le quartier du port, ainsi que, un soir uniquement, celle de la localité de Torrent qui fait partie de la communauté Valencienne. A cela il faut ajouter « La Procession », celle du dimanche après-midi, la procession de la Résurrection, très différente des autres. Et les après-midi j’ ai visité la ville, un peu comme un touriste, mais cherchant le détail intéressant.

Je suis essentiellement allé me promener dans la vieille ville, et, pour faire contraste, du côté de la cité des sciences. Mais comme, lorsque je pars en voyage, tout un chacun me souhaite « bonnes vacances », j’ ai également été faire un tour sur la plage, histoire de voir à quoi ressemble la Méditérannée. Parce qu’ il ne faut surtout pas oublier que Valence est avant tout une ville méditerranéenne, une ville portuaire.
La cité des sciences est un lieu parfait pour jouer de la géométrie, formes, uniques ou répétées, couleurs, plans d’ eau, tout s’ y prète.
La vieille ville est, elle, un lieu de rues étroites, courbes, ombragées, entièrement ou partiellement, dans laquelle j’ai pu jouer à mon jeu favori: opposer l’ ombre à la lumière.
Un dernier endroit, très particulier parce que appelé « La Rivière » malgré une abscence flagrante de cours d’ eau, il y a bien un petit plan d’ eau, mais très peu profond, qui entoure le vieille ville sur près de sa moitié et a été transformé en un parc qui s’ étend sur des kilomètres.

Ce texte vous donne un rapide aperçu de ce bref séjour à Valencia, des articles plus approfondis viendront le compléter en parlant de ces différents endroits.
Les photos, ne les oublions pas, sont à l’ example de ce texte: une rapide synthèse de ce que j’ ai vu et trouvé à Valence.