Reportages

Les photos de reportages sont toujours réalisées avec un boitier digital lorsqu’ il s’ agit d’ une commande, afin de minimiser les coûts de production. Ou lorsque je le sors juste au cas où. Ou lorsque je veux faire de la couleur, ce qui m’ arrive de plus en plus souvent.

Lorsqu’ il s’ agit d’ une de mes productions, je donne la primauté au bon vieux boitier avec film, mais lorsqu’ il s’ agit de photos « pour m’ amuser » ou de peu d’ intérêt d’ un point de vue plus « artistique », je n’ hésiterai pas à utiliser mon boitier digital.

Les villes

Un jour, lors d’ un déplacement à Paris, je me suis mis à photographier certains éléments de la ville. J’ étais plus intéressé par les éléments architecturaux que par les gens qui peuplaient cette ville. A ce moment, je n’ étais pas très intéressé par la photo de reportage pure et dure, étant concentré sur mon travail de studio avec des modèles. peu de temps après je me suis mis à photographier des villes Belge, privilégiant tantôt les ambiances, tantôt les gens qui peuplent nos cité. L’ hiver dernier, j’ ai fait un saut à Prague et ai mélangé les deux approches. J’ aimerais visiter d’ autres villes, apprendre à les connaître et vous faire partager ma vision.

Temps passés

Bien avant l’ arrivée du digital, j’ ai effectué un certain nombre de séjours à Madère et y ai réalisé ce que je pense être un portrait assez fidèle de l’ évolution de l’ île à la fin du vingtième siècle. Je me suis essentiellement attaché à réaliser le portrait d’ une société en voie de disparition, peut-être parce qu’ elle me rappelait un mode de vie qui, en Belgique, n’ a plus existé que dans la mémoire de ma grand-mère. En un peu plus de dix ans, cette minuscule île Portugaise, a vécu cinquante ans de la vie Belge.

Evènements

J’ ai suivi quelques évènements de la vie Bruxelloise: Bruxelles-Plage, la Saint Patrick des exilés Irlandais, quelques fêtes sur la grand place,… . Mais jamais je n’ ai oublié ma ville natale, Liège. J’ y ai également photographié quelques évènements comme le village de Noël, avec certains soirs arrosés au Pecket, ou la ville presque paralysée par un manteau de neige