Neige à Noël

J’ ignore si, comme moi, l’ absence de neige à Noël vous pose un problème, voire vous fait oublier que nous sommes à deux pas du solstice d’ hiver et donc dans les jours, non sueulement les plus cours mais également censés être parmi les plus froids.

 

Noël sans neige est une forme d’ hérésie.

Noël sans neige est un Noël particulièrement désespérant.

Noël sans neige une forme d’ invitation à la dépression.

Noël sans neige est un Noël sans feux d’ artifices.

Noël sans neige une forme de désespérance.

Noël sans neige est un Noël bidon.

Noël sans neige une forme invitation à l’ exil.

 

Un exil vers des terres plus froides, déjà recouvertes de ce tapis blanc, qui étouffe les bruits et fait hurler les enfants à leur réveil « Il a neigé!!!!!!! », même s’ il doivent aller en classe. Parce qu’ ils savent qu’ ils arriveront à arracher, à leurs heures de classe et devoirs, quelques minutes de ce plaisir si particulier qu’ est jouer dans la neige. Au point que même des adultes ne peuvent s’ en empêcher.

 

J’ ai passé deux Noëls dans la proximité relative des tropiques et ce furent deux Noëls vraiment étranges, même si la municipalité de Funchal avait réussi à instaler une patinoire. Imaginez moi en train de faire du patin à glace en léger T-Shirt et short.

Ce n’ est pas dans cette direction que je vais vous entraîner, mais vers une ville bien plus proche de nous, et, comme le dirait Tournesol, « plus à l’ est », lui qui était franchement à l’ ouest.

 

Vous souvenez-vous du slogan de ce site « Un voyage à travers mon imaginaire ». Dans ce voyage je vais vous demander de m’ y accompagner: transportez vous mentalement à Prague, et ouvrez les photos ci-dessous.

C’ est la nuit de Noël et je vais vous promener dans une ville vidée de ses habitants et où, même les touristes, se sont réfugiés dans leurs hôtels.

La nuit est tombée depuis plusieurs heures et tout un chacun a les pieds sous la table.

La neige, tombée en abondance ces derniers jours, a fini par épuiser les touristes. Les habitants, eux, plus sages ont depuis longtemps désertés les rues ou ne s’ y risquent qu’ en cas de force majeure.

Le froid, s’ est emparé de la ville et, si, vers midi, la température est proche de zéro, à la nuit, elle descend allègrement à moins vingt.

La lumière, tard arrivée, nous quitte encore plus tôt que d’ habitude par ces temps de blizzard.

La nuit,  la ville est donc livrée aux fantômes des temps passés et aux photographes fous aux doigts gelés.