Classic 21, Souchon et Voulzy

Rock ou pas Rock?

Oui, je sais, certais d’ entre vous vous vont crier à l’ apostasie.

D’ autres hurleront à l’ antechrist.

Mais après les avoir vu face à un public, certe de fans plus ou moins inconditionnels, j’ aurais tendance à les classer dans la catégorie « Rock ». D’ accord, ce ne sont pas des métalleux, ni des durs de chez durs, ni même des rouleurs(*). Mais je les classerais volontiers parmi les progressifs, voire les psychédéliques.

Non pas à cause de leur musique ou peut-être à cause d’ elle.

Non pas à cause de leur manière d’ être mais peut-être à cause d’ elle.

Peut-être pour leur côté hors norme.

Sûrement à cause de leur côté hors norme.

Peut-être grâce à leur intemporalité.

Sûrement grâce à leur intemporalité.

De mon point de vue ce sont de vrais Rocker Psychédéliques, avec un zeste de Power Flower, une descendance de la vague Hippie.

Pour une fois vous aurez un article sans photos.

Une sorte d ‘ apéritif avant le plat de résistance.

Celui avec les photos.

Résumé du jour.

Donc, ce jour, vers la fin de l’ an de grâce 2014, par un jour venteux, pluvieux, de quasi tempête, j’ ai sellé mon fidèle destrier pour me rendre en ce lieu de perdition qu’ est la FNAC, même cise en un espace qui a reçu la Toison d’ Or.

Des photos, sur cet article, vous n’ en verrez point, apéritf oblige.

Cette fin de journée, il a surtout été question de leur nouvel alum, en quelque sorte en duo. A ce sujet, je retiendrai une phrase: « certains commencent leur carrière en groupe et la finissent en solo. Nous, nous avons fait l’ inverse. »

Des questions posées par le public.

Entre deux, une question posée par le meneur de jeu, Eric Laforge parlant pour Classic 21.

Une surprise sous forme de disque d’ or, alors que l’ album n’ est sorti que depuis peu.

Et pour finir, le pensum, mais attendu par une foule qui a patiemment fait la file sans pouvoir profiter de l’ interview.

Donc, suite au prochain épisode.